Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 juin 2009 4 25 /06 /juin /2009 13:31
...me jette le premier dé à coudre!
Aujourd'hui, j'ai envie de vous parler de la Belle au Bois Dormant (d'ailleurs, un de mes en cours lui est consacré, mais vous ne le verrez que dans 2 ans au mieux!!!).


Evy, la poète avait raison, La Belle au Bois Dormant est l'une des meilleures preuves que la couture est présente dans notre patrimoine littéraire.
Voyez plutôt:
" (...) Le rang de la vieille Fée étant venu, elle dit en branlant la tête, encore plus de dépit que de vieillesse, que la princesse se percerait la main d'un fuseau, et qu'elle en mourrait.

Ce terrible don fit frémir toute la compagnie, et il n'y eut personne qui ne pleurât.

Dans ce moment la jeune Fée sortit de derrière la tapisserie, et dit tout haut ces paroles :

« Rassurez-vous, Roi et Reine, votre fille n'en mourra pas : il est vrai que je n'ai pas assez de puissance pour défaire entièrement ce que mon ancienne a fait. La Princesse se percera la main d'un fuseau ; mais au lieu d'en mourir, elle tombera seulement dans un profond sommeil qui durera cent ans, au bout desquels le fils d'un Roi viendra la réveiller. »

Le Roi, pour tâcher d'éviter le malheur annoncé par la vieille, fit publier aussitôt un Edit, par lequel il défendait à tous de filer au fuseau, ni d'avoir des fuseaux chez soi sous peine de mort.

Au bout de quinze ou seize ans, le Roi et la Reine étant allés à une de leurs Maisons de plaisance, il arriva que la jeune Princesse courant un jour dans le Château, et montant de chambre en chambre, alla jusqu'au haut d'un donjon dans un petit galetas, où une bonne Vieille était seule à filer sa quenouille. Cette bonne femme n'avait point entendu parler des défenses que le Roi avait faites de filer au fuseau.

« Que faites-vous là, ma bonne femme ? dit la Princesse.

- Je file, ma belle enfant, lui répondit la vieille qui ne la connaissait pas.

- Ha ! que cela est joli, reprit la Princesse, comment faites-vous ? Donnez-moi que je voie si j'en ferais bien autant. »

Elle n'eut pas plus tôt pris le fuseau, que comme elle était fort vive, un peu étourdie, et que d'ailleurs l'Arrêt des Fées l'ordonnait ainsi, elle s'en perça la main, et tomba évanouie. (...)"

"La Belle au Bois Dormant" in Contes de ma Mère l'Oye, CHarles Perrault, 1697. Pour le texte complet, cliquez ici.


Et comme tout texte marquant des générations de petites filles, il a inspiré beaucoup d'artistes dans la musique, comme Tchaïkovsky...



...ou le dessin avant ou après Walt Disney!


La Belle au Bois Dormant de Walt Disney


Et en premier lieu Gustave Doré: la plupart des éditions du texte originel de Perrault sont illustrées par ses gravures

La Belle au Bois Dormant s'apprêtant à se piquer à la quenouille

Gustave Doré pour "La Belle au Bois Dormant" in Les Contes de Perrault, Paris, Jules Hetzel, 1862, gravure sur bois (24,2 X 19,4 cm)


Certains ont montré la rencontre fatale:

Sleeping beauty, Edmund Dulac

Sir Arthur Quiller-Couch. The Sleeping Beauty and Other Tales From the Old French.

Edmund Dulac, illustrator. New York Hodder & Stoughton, 1910.



Sleeping beauty, Millicent Sowerby
Githa Sowerby,  Grimm's Fairy Tales.
Millicent Sowerby, illustrator. London: Grant Richards, 1909.


Fairy Tales, Margaret Tarrant 
London Ward Lock & Co., 1915.


Certains ont même envoyé BAB chez les Grecs voir si eux aussi ont des fuseaux:

Sleeping Beauty, Walter Crane

The Bluebeard Picture Book. London George Routledge and Sons, 1875.


D'autres ont présenté BAB, allongée sur son lit, le mal déjà fait. Parfois, un rouet traîne dans le coin, souvenir de la piqûre funeste:

Sleeping Beauty

Scott Gustafson

Vous apprécierez au passage le travail remarquable de l'araignée qui a réalisé une toile superbe en dupliquant le rouet!


Parfois, la peinture semble être elle-même une broderie.

Sleeping Beauty, Herbert Cole

Ernest Rhys, Fairy Gold A Book of Old English Fairy Tales.

Herbert Cole, illustrator. London J. M. Dent & Sons, [1906].


Et enfin, certains peintres se sont adjoint les talents d'amis auteurs pour raconter l'histoire:


The Rose Bower
(1890)
Edward Coley Burne-Jones


The Rose Bower
Here lies the hoarded love the key
To all the treasure that shall be.
Come, fated hand, the gift to take
And smite the sleeping world awake.

(William Morris)

 

La Tonnelle de roses

Ci gît l'amour amassé, la clef

De tous les trésors à venir.

Viens, main fatale, cadeau offert

D'un coup réveiller le monde endormi.

 

J'espère que cette Belle au Bois Dormant vous aura fait rêver quelques instants...


Partager cet article

Repost 0

commentaires

jojo 17/08/2009 10:55

ton blog est une richesse de couleurs que j apprecie c est splendide bravo bises jojo

poussine 26/06/2009 15:16

de bien belles images qui méritaient sans nul doute d'être "REVEILLEES"...

Asphodèle 25/06/2009 20:52

Merci pour ce bel article, fort instructif et pour toutes ces images de la BAB.

T'aurais pas un passé de chercheuse toi ?
Pauvre BAB, pourtant pubère, qui en l'absence de ses parents, ne pouvait pas jouer avec une quenouille (oups pardon c'est mon passé à moi qui me rattrape, MDR).

Gros bisous amie de moi.
Cathy

evy 25/06/2009 19:52

Me citer sur ce post est un très grand honneur merci, rien ne pouvait me faire plus plaisir étant une inconditionnelle de contes et littératures féeriques. Dans mon panier de Noël dernier était glissé le Blu-ray de la Belle au Bois Dormant de Walt Disney dont je garde un souvenir enchanté l’ayant vu au cinéma enfant.

Un bien joli post que tu nous offres sur tes pages, je n’ai qu’un regret celui de devoir attendre si longtemps pour voir ton ouvrage…

Merveilleuse soirée et attention aux doigts !

Présentation

  • : Mag, un point c'est tout
  • Mag, un point c'est tout
  • : Tout ce que j'aime faire avec du fil, du tissu, de la laine, de la feutrine...
  • Contact

Dans les malles de mon grenier




Recherche

Archives