Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 novembre 2009 1 09 /11 /novembre /2009 12:45
S'il est une brodeuse qui me touche, c'est bien la Dame de Shalott! Et ce, pour différentes raisons.
D'abord parce que son histoire appartient à la "matière de Bretagne", l'ensemble des écrits autour de la Table Ronde et de Camelot. Ensuite parce que le poème de Tennyson est magnifique. Et pour finir, parce que je suis en extase devant le tableau de Waterhouse que j'ai eu la chance de voir en "vrai" à la Tate à Londres.

Mais reprenons du début. Qui est cette Dame qui habite l'Ile de Shalott?
C'était une jeune femme ensorcelée, de grande beauté, qui vivait dans une tour. Elle ne pouvait regarder l'extérieur (Camelot) directement. Aussi, tout ce qu'elle connaissait du monde réel n'était que son reflet dans un grand miroir. Elle passait ses journées à tisser et broder.

Trapped, Melanie Delon, 2009
(Hommage paradoxal au voyage et à l'exploration avec des renvois aux oeuvres de Jules Verne dans toute l'image)



Un jour, son attention fut attirée à l'extérieur par le chant de Lancelot.


The Lady Of Shalott, William Maw Egley, 1858


Le miroir se brisa de part en part, sa toile se déchira: la malédiction se déployait. Alors, elle sortit de sa tour, et monta dans une barque qui dériva.

The Lady of Shalott, Henry Meynell Rheams

Et, lorsqu'on l'a retrouvée, elle était morte.

The Lady of Shalott, Grimshaw John Atkinson


Cette histoire date du Moyen Age. Lord Tennyson l'a reprise au XIX°, la rédigeant sous la forme d'un magnifique poème que les enfants apprennent à l'école en Grande Bretagne (Vous pouvez le trouver ici, et sa traduction, ici).  Loreena McKennitt a mis la version de 1842 du poème en musique, dans son album de 1991 The Visit:





L'histoire étant très connue et touchante, nombreux furent les peintres qui l'ont illustrée.
Et en premier lieu, John William Waterhouse, 1888. J'ai été émerveillée par le travail du quilt qui pend du bateau. Je vous assure que de près, ça ne ressemble à rien, juste des coups de pinceau très vifs, et, quand on prend un peu de recul, on découvre le motif et on a l'impression qu'on peut toucher vraiment du tissu, c'est incroyable!

The Lady of Shalott, Waterhouse, 1888

Waterhouse a été très inspiré puisqu'il a peint trois Lady of Shalott.

I am half-sick of shadows, said the Lady of Shalott, Waterhouse, 1916
(Le titre est extrait du poème de Tennyson, fin de la 2ème partie)

The Lady of Shalott looking at Lancelot, Waterhouse, 1894



The Lady of Shalott, John Sidney Meteyard, 1913



The Lady of Shalott, William Holman Hunt


The Lady of Shalott, Linda Garland, 1992


Vous remarquerez que, dans les oeuvres proposés ici, le miroir est toujours représenté sous forme circulaire (de même que la tapisserie des oeuvres de Waterhouse est, dans les 3 cas, 3 cercles), comme un signe d'emprisonnement sans fin.
Dans Trapped, The Lady of Shalott looking at Lancelot, The Lady of Shalott de William Holman Hunt et  The Lady of Shalott de Linda Garland, la tisseuse est prisonnière de ses fils, comme ceux de son destin tissés par la malédiction.
Dans I am half-sick of shadows, said the Lady of Shalott de Waterhouse et Trapped de Mélanie Delon, la dame, qui est pourtant devant le miroir, ne s'y reflète pas, comme si elle ne pouvait pas appartenir au monde réel.

J'espère que vous avez aimé ce petit voyage sur l'Ile de Shalott et que vous aurez une douce pensée pour cette petite dame que la mort, par l'intervention du chant de Lancelot, a délivrée de sa malédiction.


Partager cet article

Repost 0

commentaires

La fée brodeuse 15/11/2009 10:48


Merci pour l'histoire, ce sont mes tableaux préférer.
Bon dimanche.


Véronique 13/11/2009 21:16


Quel régal que de venir sur ton blog toujours riche de connaissances ! J'ai aimé ta façon d'illustrer ton post par les représentations iconographiques ainsi que par la musique que tu nous as
proposée : ce fut un réel plaisir pour moi que de m'instruire de cette façon !
A bientôt Mag !
Bises,


Jeannie 12/11/2009 01:14


J'ai toujours aimer les peintres pré-Rahaelite,
merci pour cette histoire!
Bises Jeannie


Marie-Noëlle 10/11/2009 10:55


Merci pour ce post; J'aime beaucoup les peintres pré-Raphaëlite, cela me rapelle mes cours d'Anglais à la fac. C'était il y a bien longtemps au début des années 80


Mag 10/11/2009 14:23


Les Préraphaélites, j'adore! Ce sont mes chouchoux. A la Tate, l'expo portait sur les oeuvres de Fantasy réalisées par leur groupe: j'ai vu des oeuvres de Rossetti, Burne-Jones...et donc
Waterhouse. Du grand bonheur, plein de souvenirs, et des tas de livres dans les valises (c'est mon mari qui était content!!!).

Bises

Mag


poussine 10/11/2009 10:24


très belle histoire, magnifiques images, une invitation au rêve avec ce conte pour tous.
Merci à très bientôt pour une autre histoire?


Mag 10/11/2009 14:26


Je me régale de raconter ces destins de femmes marqués par le fil et l'aiguille!

Je te fais de grosses bises.

Mag


Présentation

  • : Mag, un point c'est tout
  • Mag, un point c'est tout
  • : Tout ce que j'aime faire avec du fil, du tissu, de la laine, de la feutrine...
  • Contact

Dans les malles de mon grenier




Recherche

Archives